Gaston Laroche - colonel F.T.P.F. Boris Matline, "On les nommait des étrangers. Les immigrés dans la Résistance", Paris, Les Éditeurs Français Réunis, 1965
P. 243, 246
 
L'AIDE DES RUSSES IMMIGRÉS

   En septembre 1943 est créée la plus importante organisation de russes émigrés, l'Union des patriotes russes. Ses dirigeants pour la plupart ont pris une position antifasciste bien avant la guerre et bon nombre d'entre eux ont combattu dans les Brigades Internationales en Espagne. Tels Georges CHIBANOV, Alexis KOTCHETKOV, J. TROIAN, N. ROLLER. Cette organisation fait partie de la M. O. I. et réussit à grouper dans le mouvement plusieurs autres camarades qui, après avoir été emprisonnés dans les camps de Guers, d'Argelès, de Rivesaltes à leur retour d'Espagne, avaient été livrés par Pétain aux Allemands pour le travail forcé. A leur retour en France en permission, ils se sont immédiatement mis à la disposition de la résistance russe. C'est le cas pour P. P. PELIOLCHINE, T. MIDHENEVITCH, B. L. JOURAVLEV, D. G. SMIRIAGUINE, N.S. KATCHEVA.
   D'autres patriotes russes viennent également renforcer le travail clandestin, parmi eux M. M. BRENDSTED, J. A. CHIKHMATOV, G. KLEMENIUK, B. ZIKKERT, L. A. SAVITZHI, D.M. ODINOTS, A. P. POKOLITOV, P. LISSITZINE, A, K. PALÉOLOGUE.
   Ce groupe édite un journal Le patriote russe, et des tracts. Les Russes immigrés sont utilisés comme agents de liaison avec les prisonniers de guerre soviétiques et dans l'organisation de détachements. Ils servent d'interprètes, de guides, pour les Soviétiques et les mettent souvent en rapport avec les résistants français. Ils organisent des secours en logements et en vêtements. Souvent l'esprit patriotique de l'immigration est mis à l'épreuve avec succès, ce qui permet de sauver bon nombre de Soviétiques qui s'évadent des camps nazis et des unités armées. Les dirigeants du secteur «patriotes russes» sont: G. CHIBANOV, A. N. KOTCHETKOV, N. S. KATCHEVA, K. A. SIKATICHENSKI, J. TROJAN. Ce dernier est envoyé dans 1'est pour organiser les détachements de partisans soviétiques et trouve la mort au cours de son arrestation par les hitlériens.
...
   En janvier 1944, le Comité Central des P. G. S contrôlait plus de vingt comités militaires de camps.
   A Paris, en décembre 1943, se constitue un Comité Central des Prisonniers de Guerre soviétiques (C. C. P. G. S) dans lequel entrent comme membres dirieants: Mark SLOBODINSKI, Vassili TASKINE et Nikolaî SKRIPAI. Leur sont adjoints par la suite: Vassili PORIK et Nik SMARTCHEYSKY. Des instructeurs sont mis à leur disposition, recrutés parmi les communistes anciens combattants des Brigades Internationales, connaissant le français: A. N. KOTCHEKOV, K. SIKOTCHINSKY, Yvan TROJAN, Pierre LISSITZINE. Le responsable des cadres est Georges CHIBANOV.